29 mars 2017

Les grandes réalisations de la communauté de communes

2010 : Le cinéma intercommunal Le Rexy

Une étude diligentée par le Conseil Général de Seine-et-Marne, portant sur l'offre cinématographique, a mis en évidence le manque de cinémas sur la partie Est de son territoire.
La Communauté de Communes du Provinois a donc décidé de construire un cinéma pour développer cette offre cinématographique sur le territoire du Provinois.

  • Salle 1 : 290 fauteuils
  • Salle 2 : 106 fauteuils
  • Salle 3 : 92 fauteuils
  • Salle 4 : 50 fauteuils

2011 : Le parc d'activités du Durteint

Un bâtiment de 935 m² de surface utile et de 1070 m2 de SHON, a été construit sur un terrain d’une superficie de 3 338 m² sur le parc du Durteint, aménagé en 2008 dans le but de répondre rapidement à des demandes d’entreprises extérieures et offrir aux entreprises présentes des opportunités de développement.
Le coût des travaux de l’opération s’élève à 1 711 646 € HT, soit un montant TDC (Toutes Dépenses Confondues) de 2 221 146 € HT.
Le projet représente une surface SHON d’environ : 1070 m² sur 2 niveaux.
La construction a bénéficié de subventions de l’Etat au titre de la DDR, du Conseil Régional au titre du « Soutien à l’immobilier d’entreprise» et du Conseil Général (contrat C.L.A.I.R.).

2012 : La gendarmerie de Villiers Saint-Georges

La Communauté de communes du Provinois a pris la décision de construire une nouvelle brigade de Gendarmerie à Villiers-Saint-Georges suite au désengagement du Conseil Général.
Elle s’est alors associée aux 17 communes du canton de Rebais qui étaient confrontées au même problème, créant ensemble, le Syndicat des Bries Champenoise et Provinoise. Il s’agissait de garantir la pérennité des 2 brigades et d’offrir aux gendarmes des conditions de logement dignes.
La reconstruction de la nouvelle brigade de Villiers-Saint-Georges représente 2,4 millions d’euros d’investissements, avec près de 60 % de subventions, notamment de l’État qui intervient dans le cadre du contrat de redynamisation de site de défense et de la Région Ile-de-France. Les loyers versés par l’État couvriront les annuités d’emprunt.

2013 : Le centre aquatique du Provinois

La communauté de communes du Provinois a fait construire cet équipement avec pour but premier que les élèves des écoles élémentaires (du CP au CM2) du territoire apprennent à nager conformément aux circulaires départementales.

Pour cette raison, la communauté de communes du Provinois :

  • prend en charge financièrement les séances de natation qui sont dispensés à ces élèves
  • et elle rembourse 50 % des dépenses de transport que les communes ou RPI engagent pour que les classes se rendent au centre aquatique.

Ce sont environ 1 100 séances qui sont réservées pour les écoles du territoire.

2014 : La ZAC des Hauts de Provins

À proximité immédiate d’équipements publics structurants et en bordure de la RD619, qui constitue un axe de circulation important. Le parc d’activités du Provinois offre 12 hectares en entrée de ville destinés à accueillir de petites et moyennes entreprises industrielles, artisanales et de la petite logistique. Les entreprises s’y installant sont exemptées de la Taxe Locale d’Aménagement.

2014 : Le parking de la gare de Provins

La Communauté de communes du Provinois a créée 47 nouvelles places de stationnement à proximité de la gare SNCF de Provins.
Depuis le renouvellement complet du matériel roulant par des rames AGC bi-mode et la mise en place d’un nouveau cadencement et de nouveaux horaires, avec notamment des trains toutes les demi-heures aux heures de pointe, la ligne SNCF Provins-Paris connaît une augmentation constante du nombre d’usagers. Cela génère des besoins de stationnement supplémentaires. Pour satisfaire cette demande, la communauté de communes du Provinois a créé un nouveau parking côté route de Champbenoist, en prolongement de celui existant, sur un terrain de 1 150 m2 mis à disposition par la SNCF, propriétaire.

2014-2020 : La fibre optique

Aujourd’hui, et probablement encore plus demain, la communication numérique dominera les échanges dans tous les domaines. La mise en place du très haut débit est un enjeu majeur pour tous les habitants, les entreprises et les services publics de nos communes.
C’est pourquoi la Communauté de communes du Provinois s’investit fortement depuis plusieurs années pour désenclaver le territoire, éviter et anticiper une fracture numérique entre rural et urbain,  et surtout renforcer l’attractivité de notre secteur.
Pleinement engagée au sein du syndicat mixte « Seine-et-Marne Numérique » pour mettre en œuvre le déploiement du très haut débit pour tous, la collectivité œuvre pour faire valoir sa spécificité rurale.
Le choix a été fait de couvrir intégralement en fibre optique le territoire, mais ces travaux de grande ampleur nécessitent un investissement et une planification à long terme à l’instar des enjeux des grands travaux d’infrastructure du siècle dernier, réseau ferré et routier, électrification des campagnes, réseau téléphonique et plus proche de nous au déploiement de l’Internet.

2015 : Le SPANC

Depuis avril 2015, la Communauté de Communes du Provinois pilote les travaux de réhabilitation des installations d’assainissement non collectif chez les particuliers qui se sont portés volontaires.
L’objectif poursuivi est de parvenir à mettre aux normes un maximum d’installations polluantes dont les rejets sont source de pollutions diffuses pour l’environnement.

2016 : La maison de santé universitaire à Provins

C’est dans le but de garantir l’accès aux soins de proximité que la communauté de communes du Provinois s’est engagée avec ses partenaires, le Pôle de Santé Universitaire du Provinois et le Département de Médecine Générale de la Faculté Paris-Sud-Kremlin Bicêtre, dans la création de cette Maison de Santé Universitaire.
Au 1er étage de l’ancien prieuré des Bénédictins, sur 200 m², 4 cabinets médicaux, 2 salles d’attente et un point accueil ont été aménagés. Désormais, 2 médecins généralistes et 2 internes y accueillent les patients.

2016 : La maison de santé de Chenoise

La Seine-et-Marne figure malheureusement parmi les 4 départements métropolitains les moins densément pourvus en médecins généralistes.
La construction de la maison de santé de Chenoise vient répondre au besoin fondamental de maintenir un accès à des soins de proximité. La communauté de communes du Provinois, en lien avec la commune de Chenoise, a initié ce projet qui représente un coût de 700 000 €. Elle a bénéficié de l’aide financière de l’Etat (166 000 €) et du Département (199 000 €).
La maison de santé de Chenoise accueille plusieurs professionnels dans un lieu unique : un médecin généraliste, une podologue, une osthéopathe, une psychologue clinicienne et une sophrologue.
Cette création participe de la politique intercommunale en faveur de la santé et de l’accès aux soins de la communauté de communes du Provinois qui a choisi, décidé et voté les crédits dans une réelle démarche de solidarité communautaire.

2017 : Le pôle gare

Initiée par la Communauté de communes du Provinois, en collaboration avec la Ville de Provins, la réalisation du Pôle gare participe à la modernisation des abords de la gare de Provins et à l’accueil des voyageurs.
L’endroit, avec plus de 300 000 arrivées par an, dont près d’un tiers de touristes, connaît une fréquentation importante qui ne cesse de progresser.
La qualité d’accueil a été au cœur de la genèse de ce projet de modernisation.
Après avoir procédé à l’extension du parking, route de Champbenoist, qui offre désormais une cinquantaine de places de stationnement supplémentaires, la construction du bâtiment d’accueil a été entreprise.
Le nouvel équipement de 200 m2 trône perpendiculairement à la gare, à laquelle il est relié par un parvis, et à l’avenue Jean Jaurès face à la passerelle qui mène à la rue Hégésipe Moreau que les piétons empruntent pour rejoindre le centre-ville.
Le pôle gare propose un point d’information touristique, géré par l’Office de tourisme. Un espace de restauration, avec sa terrasse, propose des boissons, viennoiseries et autres sandwichs.

2017 : Les travaux en eau potable

Depuis mars 2017, les habitants des communes de Saint-Brice, de Léchelle et du hameau des Filles Dieu à Provins sont alimentés en eau potable en provenance non plus de leur captage communal mais d’une ressource d’eau souterraine de grande qualité, située sur la commune de Noyen-sur-Seine, qui alimente actuellement la ville de Provins et ses alentours.
C’est le TransprEAUvinois, syndicat créé pour réaliser des travaux d’interconnexion de réseaux d’eau potable entre 58 communes,  qui a réalisé ces travaux grâce à la solidarité financière de la totalité de ses communes adhérentes dont 40 de la Communauté de communes du Provinois. La solidarité et l’équité sont au fondement de ce projet visant à assurer une alimentation en eau potable à quelques 50 000 habitants de l’est de Seine-et-Marne, sans oublier l’appui des partenaires financiers que sont l’Agence de l’Eau Seine Normandie et le Département de Seine-et-Marne.
L’enjeu des six années à venir sera de mener à bien 4 tranches successives de travaux. Avec un seul objectif : distribuer une eau de qualité et sécuriser durablement l’approvisionnement des habitants de ces 58 communes.

2017 : Les city-stades

Parmi les investissements de la CC du Provinois, figure la construction de 3 city-stades et d’un skate-park. Aux 3 city-stades en cours de construction à Beton-Bazoches, à Chenoise et à Provins et au skate-park à Jouy-le-Châtel, s’ajoute la rénovation de celui déjà existant de Provins.
Un city-stade est un terrain de jeux de ballons extérieur clôturé, comprenant deux frontons dans lesquels des buts multisports sont intégrés et deux palissades latérales.
Un skate-park est un lieu équipé de modules essentiellement destiné à la pratique du skateboard. C’est également une aire de pratique de toute discipline relevant des sports de glisse comme le roller, la trottinette freestyle ou encore le BMX.
Ainsi, chaque Accueil de loisirs sans hébergement (ALSH) communautaire bénéficiera d’un city-stade à proximité immédiate. Des structures qui seront également accessibles, tout au long de l’année aux enfants des communes concernées.

LES FUTURES RÉALISATIONS
DE LA CC DU PROVINOIS

LA MAISON DE SANTÉ DE VILLIERS-SAINT-GEORGES

La future maison de santé de Villiers-Saint-Georges

Pour garantir l’accès aux soins de proximité, la Communauté de communes du Provinois s’est engagée avec ses partenaires, le Pôle Santé Universitaire du Provinois et le département de Médecine Générale de la faculté Paris-SUD-Kremlin Bicêtre, dans la création d’une Maison de Santé Universitaire située 3, cours des Bénédictins à Provins et de son antenne à Villiers-Saint-Georges.

Les locaux, situés dans l’ancienne gendarmerie, se composeront d’un cabinet occupé par un généraliste, le Dr N’Guyen et d’un autre cabinet qui pourrait accueillir les internes selon les besoins. Cette opération est également une opportunité pour y aménager un espace pour le relais d’assistantes maternelles de la Communauté de communes du Provinois.

Les travaux consistent à modifier la distribution des luminaires, à compléter les besoins en prises de courant, informatique, téléphonie, etc. à réviser et individualiser l’installation de chauffage au fuel existante servant actuellement à l’ensemble du site, rafraichir la peinture des murs et menuiseries, créer des places de stationnement supplémentaire dans la cour intérieure et réaliser, pour partie, une clôture du site et enfin satisfaire aux normes de sécurité actuelles.

Le choix des entreprises a été effectué et les premiers travaux débuteront début juillet. La réception du chantier est attendue pour la fin octobre pour une mise en service en novembre. Les travaux auront un coût de 150 000 € et seront financés à 40 % par le C3D, 90 000 € étant à la charge de la CCP.
Le Conseil départemental, propriétaire de l’emprise de l’ancienne gendarmerie de Villiers-Saint-Georges, a cédé le bien à l’euro symbolique.

LA GARE DE VILLIERS-SAINT-GEORGES

Communauté de communes du Provinois

La mise en place d’un train touristique, au départ de la gare SNCF de Provins et à destination de Villiers-Saint-Georges, pourrait constituer une attraction d’ampleur régionale. Cela contribuerait également à la diversification de l’offre touristique de la communauté de communes du Provinois, et à la diffusion de la fréquentation touristique vers la ville basse de Provins et vers l’ensemble du territoire du Grand Provinois.

L’association AJECTA (Association de Jeunes pour l’Entretien et la Conservation des Trains d’Autrefois) dispose d’un patrimoine roulant historique avec des locomotives à vapeur, des rames de voyageurs exceptionnelles et un savoir-faire irréprochable en la matière. Elle peut assurer l’exploitation régulière de ce chemin de fer touristique qui cicrule déjà entre Longueville et Provins.

La ligne de chemin de fer entre Provins et Villiers-St-Georges n’est utilisée que très occasionnellement pour le fret. Or, Guillaume Grison, président de l’AJECTA a acquis le bâtiment de la gare de Villiers-Saint-Georges. Une convention tripartite a été signé le 1er mars dernier entre le propriétaire, l’’AJECTA et la Communauté de communes pour la mise à disposition du rez-de-chaussée du bâtiment et de ses alentours.

C’est une opportunité que la Communauté de communes saisit pour réaliser des aménagements au rez-de-chaussée du bâtiment afin de permettre l’accueil des voyageurs (remise en état des huisseries, réfection des plafonds, murs et boiseries, création des sanitaires et accessibilité) ainsi que des travaux de voirie entre Villiers-Saint-Georges et Beauchery-Saint-Martin permettant la circulation des trains en toute sécurité.

Les travaux de réfection de la voie ferrée (VSG à Beauchery-Saint-Martin, env. 3km) ont été effectués en mars dernier.

Le marché est lancé et les offres sont en cours d’analyse. Le coût estimatif de l’ensemble de l’opération est évalué à 150 000 € et seront financés à 40 % par le C3D, 90 000 € restant à la charge de la CCP. Dans ce budget, 20 000 € seront consacrés à l’aménagement intérieur par l’Office de Tourisme.